FANDOM


Liborius Eld Salynger est un chevalier de l'Alliance et un capitaine de l'organisation militaire, l'Ancre d'Argent. Tout au long de sa vie, il a servi fidèlement en tant que chevalier de la Main d'Argent et commandant de l'armée de l'Alliance.

Biographie Edit

"Quand la patrie qui est la nôtre n’est plus à nous, perdue par le silence et par le renoncement, même la voix de la mer devient exil et la lumière qui nous entoure est comme des barreaux."
Liborius est né dix ans avant la Première Guerre. Il a grandi à Brill, dans les Clairières de Tirisfal, où il a vécu une enfance paisible et normale. Son père était un tailleur de pierre de la région, prêtant son marteau et sa truelle là où c'était le plus nécessaire. La passion de son père pour l'architecture impliquait la construction et la réparation de cathédrales. Pour ces raisons, le jeune Liborius a été influencé par les différents clercs de la terre.

Au fur et à mesure que Liborius grandissait, sa compréhension du monde augmentait aussi. Par son père, le jeune homme a acquis une expérience en tant que maçon et artisan. Tandis qu'il pouvait exécuter des tâches aussi minimes que le mortier agitant à des talents aussi complexes que dessiner des plans sur le tréteau, il excellait surtout dans la sculpture sur pierre. Il y avait quelque chose qui lui parlait du son d'un ciseau et d'un marteau résonnant à travers le marbre. Pendant toute la durée de ces années, Liborius s'est fait connaître non seulement de l'architecture classique, mais de l'idéologie derrière celle-ci. Cette traversée de la philosophie le rendit particulièrement populaire parmi le clergé. De la part des clercs des abbayes et des cathédrales locales, Liborius apprit aussi la philosophie de la Lumière Sainte. Tout comme la pierre qu'il a sculptée, Liborius a donné forme à son propre corps et esprit.

Quand Liborius a atteint l'âge de seize ans, il a été considéré comme assez vieux pour être devenu adulte et a été admis fraternellement dans la guilde des tailleurs de pierre. Son père était membre depuis de nombreuses années, et son père avant lui. La soif de Liborius pour le principe ésotérique et l'allégorie philosophique était maintenant rassasiée, car il était jugé digne de recevoir les Secrets de la fraternité, ainsi que de travailler et de recevoir le salaire du maître. Il n'y en a aucun qui puisse être certain de ces principes, car Liborius a juré de garder le secret. De tels principes n'ont été convoités que par la confrérie des tailleurs de pierre, qui sont ensuite tenus sous serment similaire.

Puis vint un jour sombre où son père fut assassiné. Le roi d'Alterac, Aiden Perenolde, a commandé les meilleurs artisans de tout le pays pour aider au raffinement de son palais. Son père et ses maçons accomplirent un tel travail, mais le moment venu, les Perenold refusèrent de payer ceux qui avaient travaillé au Palais. Son père était cependant persistant et exigeait la justice. Cependant, les lois de la Lumière ne sont pas défendues par tous les hommes, et le concept morbide de noblesse et de la Justice est mort, comme le père de Liborius par décapitation. Les francs-maçons ont fui et le poste de son père a été imposé à Liborius.

Deux années s'étaient écoulées depuis que Liborius avait été ordonné prêtre de la Sainte Lumière. Oui, le soulagement de Liborius venait des ecclésiastiques qu'il avait connus toute sa vie. Ils ont vu une grande sagesse en lui, et ainsi ils l'ont admis devenir un de leurs philosophes. La Sainte Lumière est une pratique active de la vertu plutôt qu'un culte passif et ses Clercs étaient plus ou moins des sages voyageurs plutôt que ceux qui parlaient à toute une congrégation. Bien qu'il ait continué à sculpter des statues pour les cathédrales, la vie en tant que philosophie est devenue son objectif principal. Sa conquête de la Sagesse Divine l'a emmené dans des endroits lointains, comme il a toujours cherché des choses supérieures. Bien qu'il était jeune, il était sage au-delà de ses années, principalement à cause des nombreux grands enseignants qu'il avait connus.

Liborius a disparu dans ces années, et pour une grande partie du temps. Certains disent qu'il a vécu dans les forêts, dans la méditation profonde. D'autres prétendent qu'il s'est rendu à Dun Morogh pour apprendre les secrets de l'Union Royale des tailleurs de pierre. Beaucoup de choses ont été dites, mais aucune n'a été prouvée. Ce qui est connu pour être vrai, c'est que quand Liborius est revenu, il était à bord de l'Exode qui a ramené le dernier des Gens de Hurlevent à la maison.

Quand Liborius est rentré chez lui, il était un homme changé. Bien que prophétique, les horreurs que Liborius avait endurées pendant la Chute de Hurlevent l'avaient amené à remettre en question une grande partie de ce qu'il avait appris. En effet, cela s'est avéré être un acte de conscience très important, car ici il a commencé à confirmer que les enseignements de la Lumière étaient vrais. Là où beaucoup de Paladins auraient plus tard lutté pour comprendre la complexité de la Lumière pendant la Guerre, Liborius a pris connaissance de l'ambiguïté dès le début. Simplement, il a conclu que la liberté de la volonté était responsable des atrocités, et non de la lumière sainte elle-même. En outre, la Sainte Lumière pourrait être utilisée comme une boussole morale pour circonscrire le libre arbitre des êtres sensibles; car tandis que je suis libre de faire de bonnes choses, ils peuvent aussi être libres de faire du mal. Liborius a pris sur lui de partager ces connaissances avec le peuple, réconfortant ceux dans un tel Âge du Chaos.

Le destin le convoqua, car Liborius se trouva au milieu de la bataille d'Austrivage. Malgré l'avertissement du Royaume d'évacuer la ville pendant l'invasion, il a choisi de rester et de se battre. Armé de rien que les robes de toile de jute sur son dos et le marteau de son père, il a chargé dans la mêlée. Aux côtés des vaillants soldats de l'Alliance, il a versé du sang et donné du sang. La victoire l'emporta alors que les forces de la vieille Horde étaient forcées de battre en retraite. Ce jour aussi, avait également marqué l'émergence des Chevaliers de la Main d'Argent. Liborius, qui s'était battu avec tant de zèle ce jour-là, fut intronisé dans l'Ordre lui-même.

Après la première guerre Liborius a été admis dans l'Ordre des Chevaliers de la Main d'Argent. La nature de l'admission de Liborius découlait d'abord de sa réputation parmi les prêtres restants, et en second lieu de sa stature de combattant redoutable. Bien que la bravoure de Liborius ait marqué la journée, les survivants de l'exode ont rappelé qu'il était présent à Hurlevent, contribuant au soulagement des orphelins et des veuves de la guerre. La chute inattendue du royaume avait surpris sa population et il s'était en partie battu avec les soldats de Hurlevent pour s'assurer un passage sûr vers le port. Sincèrement, Liborius s'était prouvé non seulement comme un digne disciple de la Lumière, mais aussi comme un soldat capable au combat.

Balledor reçut une recommandation de renvoi à l'Ordre par l'ecclésiastique Alonsus Faol, avec qui Liborius était venu s'entretenir à l'abbaye du Northshire. Alonsus Faol avait été assigné comme mentor à Liborius parmi les jours passés à l'abbaye, mais ensemble, les deux hommes avaient entrepris un grand lien de confiance et de bravoure une fois que l'assaut des orcs commença. Ayant été témoin de Liborius devant la protection des citoyens de Hurlevent, ainsi que de sa participation à la Bataille d'Austrivage, Alonsus a nommé le jeune homme candidat à la Main d'Argent.

Respectivement, Liborius était une partie immédiate du deuxième niveau des Chevaliers intronisés dans l'Ordre. Comme c'était le cas pour les initiés à cette époque, l'archevêque Alonsus Faol a dirigé la cérémonie. Il a été trouvé digne par les cinq Chevaliers de la Main d'Argent. Après avoir été illuminé et sacré Chevalier de l'Ordre, Sir Liborius fut affecté à la 23ème Division du 11ème Régiment de l'Armée du Seigneur Anduin Lothar.

Deuxième Guerre Edit

Le 11ème régiment d'infanterie de l'armée du Seigneur Lothar était un chapitre lordaéronien de l'armée de l'Alliance avec la protection des terres de Lordaeron pendant la seconde guerre. Le régiment a été dirigé par Liborius qui a été nommé en tant que maréchal respectif du chapitre.

Poussant en avant, et sous le commandement d'Uther le Porteur de Lumière, les Chevaliers de la Main d'Argent se dirigèrent vers le Portail Noir, pour la bataille la plus sanglante de la Seconde Guerre. Ce n'est qu'à la fin de la bataille que Liborius réalisa tout ce qui était perdu ce jour-là. C'est là, devant les ruines du Portail des Ténèbres, que Liborius fit le vœu de toujours s'efforcer d'être le genre d'homme que son père était.

Troisème Guerre Edit

Continuant son service avec les Chevaliers de la Main d'Argent, Liborius, plus âgé et plus affamé, se leva avec Uther le Porteur de Lumière quand ils furent appelés à voyager avec le prince Arthas Menethil et Lady Jaina Proudmoore pour enquêter sur une étrange épidémie. Lorsque le prince Arthas dissout la main d'argent en réaction à la réticence d'Uther à massacrer les habitants de Stratholme, Liborius suivit Uther et laissa derrière lui le Prince. Plus tard, il reviendrait pour aider à enterrer les morts.

Quand Arthas retourna chez Lordaeron quelque temps plus tard avec la lame maudite, Frostmourne, et sortit sa vengeance sur le roi Terenas et Uther, beaucoup des anciens paladins de la Main d'Argent perdirent la vie en défendant. Ceux qui ont survécu se sont dispersés. L'Ordre n'était plus.

Comme beaucoup d'autres membres survivants, Liborius suivit le chemin de la nouvelle Croisade Écarlate, bien qu'il trouverait leurs méthodes trop sévères et ne les rejoindrait jamais. Après la mort d'Alexandros Mograine, cependant, lorsque la corruption de la Croisade écarlate est devenue évidente, Liborius se joindra à ceux qui ont abandonné la croisade pour former l'Aube d'argent. Avec eux, il combattrait le Fléau à travers les nations humaines, devenant finalement l'une des organisations que les Templiers prétendent.

Le Roi Liche (Wotlk) Edit

Avec la fureur du roi-liche dégainée, Liborius se retrouva une fois de plus à se battre pour le caractère sacré de la chapelle de Light's Hope. Tout espoir avait semblé perdu, mais il en avait déjà eu plusieurs jours auparavant - et Liborius ne connaissait plus aucune peur. Sa puissance était inconcevable pour le Fléau, et au milieu de la bataille, un vieil ennemi trouva le chemin de Liborius. Les deux hommes s'engagèrent dans une bataille féroce, et il sembla d'abord que son ancien compagnon était sur le point de gagner, quand soudain, une aura brillante enveloppa Liborius et il fut renforcé par la Lumière. Il se leva, son marteau brisant la lame runique du Chevalier de la Mort, puis il balança d'un puissant coup jusqu'à ce que tout ce qu'on pouvait entendre fût le craquement écœurant du crâne de son ancien ami. Liborius était triomphant, mais la bataille était loin d'être terminée. Comme les armées du Fléau ne semblaient jamais diminuer, et Liborius chargea une fois de plus, dans le devant. Puis, l'espoir que il était venu à connaître - est revenu. La Lumière décima le Fléau, et ensuite apparut un visage familier que Liborius ne s'était jamais attendu à revoir. Tirion Fordring. Dans les événements qui ont suivi, le roi-liche est apparu, et a fait signe d'apocolype quand l'Ashbringer a fait son chemin dans les mains de Tirion, et a été purifié. Dorénavant, Liborius était un Croisé d'Argent. Être un chevalier de la main d'argent, et un chevalier de l'aube d'argent - Liborius s'intégra parfaitement.

Le temps est venu où la citadelle de la Couronne de glace était entourée. Bien qu'il ne soit pas l'un des champions choisis pour combattre le roi-liche, Liborius combattait toujours avec les autres de la Ford hurlante, jusqu'à Light's Hammer. Avec le roi-liche vaincu par l'Ashbringer et les peuples libres d'Azeroth, l'objectif de vie de Liborius avait été rempli.

Liborius Corbeau-d'Argent fonda une organisation connue sous le nom de l'Ancre-d'Or. Sa ténacité est le reflet de sa capacité à former de jeunes hommes et de jeunes femmes aux formidables Chevaliers de la Main d'Argent. Bien que le Royaume qu'il connaissait autrefois soit toujours l'abomination connue sous le nom de Fossoyeuse, Liborius insiste continuellement sur la nécessité pour l'Alliance et la Horde de mettre de côté leurs différences. Il continue à rassembler l'espoir et à combattre ceux qui cherchent à nuire à l'innocent. Liborius n'est pas un juge, mais là où il y a de la lumière, il sera celui qui le liera.

Cataclsyme Edit

Après la chute du roi-liche, Liborius retourna dans les Maleterres des Royaumes de l'Est avec le reste de la Croisade d'Argent, pour essayer une fois de plus de récupérer la région des restes du Fléau. Aidant à retirer Hearthglen de la corruption de l'Assaut écarlate, Liborius répartirait ses tâches entre là et la chapelle.

Personalité Edit

Cordial, avenant, bienveillant, c'est là le noyau du caractère de Liborius, qui applique les principes de la Lumière de manière à aider ses proches au possible. Sérieux et responsable, sa manière de penser la voie sacrée s'est forgée au fil de sa vie, et c'est bien celle-ci qui dicte la plupart de ses actes. Il a un fort sens de la justice, et exècre les nécromanciens et pratiquants d'expériences qu'il juge immorales. Il préfère laisser la méditation, les débats et la diplomatie aux aristocrate pendant qu'il part régler les problèmes de manière plus radicale.

Il arbore une mentalité sans crainte de la mort. Même si sa conviction l'amène parfois à entrer en conflit avec ce qu'il voudrait sauver, le prêtre vient à bout des incessantes épreuves qui teste sa foi par de vils tentations. Il met sa vie en danger pour faire le bien et se bat pour préparer un avenir meilleur. Il est un brillant intellectuel, un fin stratège, fataliste convaincu, a tué plus d'une centaine de démons. Fléau des infidèles et chasseur d’horreurs qui traque tous les ennemis de la foi avec une sombre conviction. Sans pitié il massacre ses ennemis à l'aide de la Sainte ainsi que ses armes. Nul ne sait quelles blessures psychiques il a pu subir en ayant passé sa vie confronté aux pires horreurs d'Azeroth, où son sens de l'aventure et ses nombreux talents font de lui un chevalier de terrain des plus fiables.

Description Physique Edit

Liborius est un homme grand et musclé à la peau brune. Un tatouage d'un anneau se pose autour de son oeil droit ainsi qu'une cicatrice de corruption sur son crâne rasé. Il peut être vu presque toujours vêtu de toute sorte d'armure de plaque digne d'un chevalier d'une position de haut rang dans un ordre sacré. Une grande masse est toujours vue en bandoulière. Son corps est extrêmement bien tonique et musclé par des années d'entraînement difficile et d'exercice rigoureux. C'est ainsi qu'une fois adolescent, il présentait un esprit brillant et d'excellentes aptitudes physiques.